Revue de presse du 08/07/15 – Qualité de l’air intérieur

Actualités Créativ

Titres du 10/06/15 au 08/07/15

  • Poussières dans les logements/ Pollution chimique confirmée
  • Air intérieur : les composés organiques semi-volatils polluent les logements
  • Canada : Nettoyer sa maison avec certains produits nuit à la qualité de l’air, dit une étude
  • Aryballe Technologies lance un nez électronique universel
  • Cofely Services va commercialiser les robots mobiles épurateurs d’air de Partnering Robotics

Poussières dans les logements/ Pollution chimique confirmée

Si la pollution de l’air intérieur des logements est incontestée, celle des poussières est peu connue. Une étude de l’Observatoire de la qualité de l’air intérieur (OQAI) confirme qu’elles contiennent de nombreux polluants chimiques.
L’OQAI vient d’analyser les poussières de 145 logements abritant des enfants de 6 mois à 6 ans, soit un panel représentatif des 3 millions d’habitations dans lesquelles vivent de jeunes enfants. Ils sont en effet les plus exposés. Quand ils jouent par terre, quand ils mettent les objets et les mains à la bouche, ils respirent et ingèrent les poussières.

http://www.quechoisir.org, 16/06/15

Air intérieur : les composés organiques semi-volatils polluent les logements

Phtalates, retardateurs de flamme, BPA figurent parmi les dizaines de substances chimiques semi-volatiles présentes dans les logements en France, suspectées d’avoir des effets sur les systèmes nerveux et hormonal.
Ces substances chimiques entrent dans la composition de matériaux et de produits de grande consommation. Elles sont issues des matériaux plastiques (phtalates, bisphénol A), des ordinateurs et des textiles d’ameublement (retardateurs de flamme polybromés – PBDE), des produits d’entretien et cosmétiques (muscs de synthèse (galaxolide et la tonalide) et alkylphénols), des traitements insecticides ou anti-poux (pyréthrinoïdes, pesticides organochlorés et organophosphorés). Figurent également les hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP) provenant des processus de combustion, le triclosan, un antibactérien utilisé dans les produits d’hygiène corporelle, ou encore les PCB (polychlorobiphényles) interdits mais encore présents dans les vieux joints d’étanchéité (ouvrants, revêtements de sol) datant des années 1970.

http://www.actu-environnement.com, le 12/06/15

Nettoyer sa maison avec certains produits nuit à la qualité de l’air

L’usage de nettoyants domestiques courants peut augmenter considérablement la pollution de l’air à l’intérieur, laisse entendre une nouvelle étude d’un groupe environnemental.
L’étude du groupe Environmental Defence Canada a montré que les niveaux à l’intérieur de composés organiques volatils (COV) avaient plus que doublé dans neuf maisons durant un nettoyage de 30 minutes dans la cuisine avec des produits courants.

http://ici.radio-canada.ca, le 17/06/15

Aryballe Technologies lance un nez électronique universel

Partant d’un brevet du CEA, cette start-up proposera aux sites industriels d’identifier et de mesurer en temps réel leurs émissions olfactives grâce à des capteurs fixes ou embarqués dans un appareil électronique portable et reliés à sa propre base de données olfactives.

Les pollutions olfactives constituent la deuxième cause de plaintes de voisinage après le bruit. Des risques que les stations d’épuration, centres de traitements des déchets, ICPE et autres entreprises vont pouvoir, dès l’an prochain, minimiser grâce au nez électronique conçu par la jeune société Aryballe Technologies. « Nous avons développé le premier capteur olfactif universel », fait valoir Tristan Rousselle, un ancien chercheur en biotechnologies et CEO de l’entreprise.

http://www.info.expoprotection.com, le 05/06/15

Cofely Services va commercialiser les robots mobiles épurateurs d’air de Partnering Robotics

La filiale de services en efficacité énergétique et environnementale d’Engie (ex-GDF Suez) a travaillé avec la start-up française qui a inventé le premier robot mobile épurateur d’air pour les bureaux. De quoi accroître la qualité de vie au travail.

L’idée est simple. Encore fallait-il y penser : développer une plate-forme de robotique mobile qui soit capable d’intégrer une quantité croissante de services. Tel est le défi relevé avec succès par la start-up francilienne Partnering Robotics basée à Cergy (94). Point fort de ce robot mobile de 1,20 m de haut baptisé Diya One, il épure l’air ambiant des polluants que l’on rencontre habituellement dans les bâtiments tertiaires, notamment les musées et les bureaux : composés organiques volatiles (COV), CO2, particules fines… Grâce à une intelligence artificielle, Diya One se déplace de façon fluide avec une autonomie d’une dizaine d’heures tout en respectant la présence des personnes sur son passage.
http://www.info.expoprotection.com, le 03/07/15