Revue de presse du 13/03/15 – Perturbateurs endocriniens

Actualités Créativ

Titres du 23/01/15 au 13/03/15

  • Un rapport sur le perturbateurs endocriniens caviardé à la Commission
  • Perturbateurs endocriniens: on ne peut plus dire qu’on ne sait pas
  • Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe
  • Perturbateurs endocriniens: femmes et fœtus surexposés

Un rapport sur le perturbateurs endocriniens caviardé à la Commission

Un rapport commandité par la Commission européenne, consulté par un journaliste du Guardian, soulignait la dangerosité de certains perturbateurs endocriniens. Il recommandait de mettre en place des moyens d’identification et de classification de ces substances chimiques qui seraient responsables d’anomalies fœtales, de mutations génétiques, d’infertilité et d’autres menaces pour la santé humaine, du cancer à une diminution du QI.

Des sources à la Commission affirment que ce rapport a été caviardé par des fonctionnaires européens, suite aux pressions des firmes chimiques, qui utilisent des perturbateurs endocriniens dans des produits de toilette, certains plastiques et cosmétiques. Le coût pour la santé humaine irait, selon certaines études, jusqu’à des centaines de millions d’euros.

http://www.euractiv.fr, le 06/02/15

Perturbateurs endocriniens: on ne peut plus dire qu’on ne sait pas

Pour la première fois, un ouvrage didactique fait le point sur notre exposition réelle à cette pollution invisible et diablement toxique.
Invisibles, les perturbateurs endocriniens (PE) sont des constituants de notre vaisselle, de nos médicaments, de produits de beauté, d’objets en plastique, de conserves alimentaires, de vêtements, et j’en passe. Fort logiquement, épidémiologistes et médecins constatent aujourd’hui une forte progression de maladies chroniques, de cancers, de pubertés précoces, de malformations, de diabète, d’obésité, d’autisme. Le tout coûtant un argent fou à la collectivité.

Le Journal de l’Environnement, le 05/03/15

Les perturbateurs endocriniens coûtent plus de 150 milliards d’euros par an à l’Europe

Obésité, diabète, troubles de la fertilité et neuro-comportementaux : la part de ces maladies et troubles chroniques attribuable aux perturbateurs endocriniens (PE) coûtent chaque année à l’Union européenne plus de 157 milliards d’euros, soit environ 1,23 % du produit intérieur brut (PIB) de l’Union. Frappante, cette estimation est le principal résultat d’une série d’études conduites par une vingtaine de chercheurs américains et européens, à paraître dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism et qui devaient être présentées à San Diego (Californie), jeudi 5 mars, au congrès annuel de l’Endocrine Society – la principale société savante dévolue à l’endocrinologie. Les auteurs, qui ne font pas mystère des marges d’incertitudes inhérentes à ce genre de calculs, placent la fourchette haute de leur estimation à quelque 270 milliards d’euros annuels, soit 2 % du PIB européen.

http://www.lemonde.fr, le 05/03/15

Perturbateurs endocriniens: femmes et fœtus surexposés

Près de 22 perturbateurs endocriniens: telle est la quantité moyenne que recèlent les Franciliennes en âge de procréer dans leurs cheveux, selon les résultats de l’étude Exppert 4 révélés jeudi 12 mars par l’association Générations futures. Parmi eux, de nombreux pesticides, dont certains interdits de longue date.

Le journal de l’environnement, le 12/03/15