Revue de presse du 20/05/15 – Qualité de l’air intérieur

 

Actualités Créativ

Titres du 24/04/15 au 20/05/15

 

  • Un nez électronique pour détecter les COV
  • GreenMe : le capteur d’environnement pour les entreprises
  • Estimation des coûts pour le système de soins français de cinq maladies respiratoires et des hospitalisations attribuables à la pollution de l’air
  • La rénovation énergétique favorise l’exposition au radon
  • Brevet : Dispositif de traitement d’air vicié d’une cuisine

Un nez électronique pour détecter les COV

Un capteur de Composés organiques volatils (COV) basé sur la détection des « odeurs » liées à la présence de COV spécifiques est développé par la start-up Aryballe Technologies, créée en 2014 et hébergée à Grenoble.
Le capteur de COV Néoz se différencie des détecteurs habituels par une approche sensorielle plutôt qu’analytique.

http://www.industrie-techno.com, le 12/05/15

GreenMe : le capteur d’environnement pour les entreprises

GreenMe est un enregistreur de données multicanaux connecté destiné à la mesure du confort intérieur. Il est conçu pour réaliser une mesure exhaustive (température, qualité de l’air, humidité, éclairage, bruit) et continue à l’échelle du poste de travail.
Le marché visé est le B2B : GreenMe veut s’attaquer à l’environnement professionnel contrairement aux traditionnelles stations météo. Le prix n’est toutefois pas encore connu !

https://www.aruco.com, le 08/04/15

Estimation des coûts pour le système de soins français de cinq maladies respiratoires et des hospitalisations attribuables à la pollution de l’air

La mauvaise qualité de l’air entraîne une augmentation des maladies du système respiratoire. Les principales d’entre elles sont l’asthme, les bronchites aiguës ou chroniques, les cancers des voies respiratoires et les broncho-pneumopathies obstructives chroniques (ou BPCO). La qualité de l’air impacte aussi le système cardio-vasculaire. Ces impacts sont source d’une surmorbidité et d’une surmortalité. L’étude a pour objet d’approcher au plus près les coûts dans le système de soin français des hospitalisations et des cinq maladies respiratoires les plus répandues attribuables à la pollution de l’air.
Télécharger : estimation des coûts pour le système de soins français de cinq maladies respiratoires et des hospitalisations attribuables à la pollution de l’air (PDF – 488.3 ko)

http://www.developpement-durable.gouv.fr, le 09/04/15

Le métro encore plus pollué que le périphérique parisien

Dans le métro encore plus qu’ailleurs, la pollution aux particules fines est omniprésente et d’autant plus dangereuse qu’elle y est invisible, inodore, incolore. Les usagers ne se doutent pas un instant que la norme supérieure de 50 microgrammes par m3 et par jour est souvent allègrement dépassée. Aux heures de pointe dans certaines stations, comme le 6 mai à Châtelet entre 8h et 20h, des taux supérieurs à 140 microgrammes par m3 ont été enregistrés, avec une pointe à 237 microgrammes entre 9h et 10h, soit plus de quatre fois le seuil d’alerte.
http://www.bfmtv.com, le 18/05/15

La rénovation énergétique favorise l’exposition au radon

Deuxième cause du cancer du poumon, avec quelque 2.000 décès chaque année, mais suscitant peu d’intérêt de la part des pouvoirs publics, le radon est pourtant un véritable fléau dans les bâtiments rénovés. C’est en substance le message qui sera délivré lors du 5e colloque Les Défis Bâtiment Santé*. Explications avec Suzanne Déoux, sa présidente.

http://www.batiactu.com, le 19/05/15

Brevet :

Dispositif de traitement d’air vicié d’une cuisine produisant des fumées et/ou des résidus solides de combustion n° 3010494 – GS Environnement rep. par cabinet Germain et Maureau 13 mars 2015 Cette invention concerne les cuisines au charbon de bois ou au feu de bois notamment. Le système repose notamment sur l’injection d’une mousse piégeant les fumées et/ou les résidus de combustion.
Source : Green News Techno